Archives du mot-clé États-Unis

« Apple et le FBI, au cœur des guerres de la surveillance » (Zaman)

3416310475_d68bea086c_o

Voici la copie de ce papier publié le mercredi 27 avril à 17h14 sur le site du journal Zaman France.

Quelques minutes après la publication de l’article, un employé d’Apple se tuait d’une balle dans la salle de réunion du quartier général de la firme, à Cupertino, Californie.


Une multinationale préférerait se suicider plutôt que de fournir au gouvernement une arme de surveillance massive. Ce n’est pas un scénario de film, mais une affaire judiciaire aux États-Unis, point de départ annoncé de «guerres de la crypto» entre géants de la tech et États.

Rien ne va plus entre Apple et le FBI. Les relations entre la firme américaine et l’agence de renseignement se sont nettement dégradées ces derniers mois. Dernier épisode en date : la demande par le FBI d’accéder à l’iPhone d’un dealer new-yorkais, requête retirée la semaine dernière après que la police en ait obtenu le code par des moyens non technologiques.

Tout commence en décembre 2015, quand Syed Farook et sa compagne abattent 14 de leurs collègues à San Bernardino, en Californie. Avant de mourir, les deux terroristes avaient détruit leurs smartphones personnels. Reste aux enquêteurs un iPhone 5c que Farook avait reçu de son employeur, l’administration locale. Seulement, il est crypté, conçu pour être inviolable, même pour son fabricant.

Le téléphone de Farook est un modèle vieux de deux ans, pour lequel des techniques de piratage sont connues. Aussitôt saisi, le FBI en modifie l’identifiant auprès d’Apple, ôtant l’espoir d’en récupérer les données via les serveurs de la firme. L’agence exige alors de la compagnie d’inventer un système d’exploitation permettant de pénétrer n’importe quel iPhone, prétextant qu’il ne serait utilisé «que sur un téléphone». Tim Cook, le très réservé PDG de la firme, rejette publiquement la requête le 16 février, qualifiant une telle porte dérobée d’«équivalent logiciel d’un cancer». «Ce n’est pas juste un téléphone», dénonce-t-il. «C’est vraiment le futur qui est en jeu. Vous avez un type à Manhattan [Cyrus Vance, procureur de New York, ndlr] qui dit «J’ai 175 téléphones que je veux y faire passer.»»

Tim Cook, PDG d'Apple depuis 2011 (photo : site iPhone Digital)
Tim Cook, PDG d’Apple depuis 2011 (photo : site iPhone Digital)

Apple soutenu par Google et Facebook

S’engage un pugilat judiciaire. Pour les avocats de la firme, la création de « GouvernementOS », surnom donné chez Apple à la porte dérobée, conduirait à «TraçageDeLocalisationOS ou EspionnageOS demain» et permettrait à Washington de s’accaparer «la capacité de forcer des entreprises […] à saper les intérêts basiques de sécurité et de vie privée de centaines de millions d’individus autour du globe».

De Google à Facebook, 37 entreprises technologiques décident d’appuyer Apple au tribunal. Même l’ex-patron de la NSA et le Haut-commissariat aux droits de l’homme de l’ONU soutiennent le groupe. Seul Bill Gates, ex-PDG de Microsoft, l’ennemie ancestrale d’Apple, encense le FBI, peu avant que Microsoft ne se déclare elle-même «de tout cœur» avec la marque à la pomme.

«La rhétorique d’Apple est non seulement fausse, mais aussi destructrice des institutions mêmes qui sont les plus à même à sauvegarder notre liberté et nos droits», rétorquent les avocats du gouvernement. Devant le Congrès américain, James Comey, directeur du FBI, s’interroge : «Et si [les ingénieurs d’Apple] étaient kidnappés et forcés à écrire du logiciel ?».

James Comey, directeur du FBI (photo : Paul Morigi / Flickr)
James Comey, directeur du FBI (photo : Paul Morigi / Flickr)

Des lois pour faire interdire l’iPhone ?

Dans le cas plausible d’une défaite au tribunal, Apple envisage des démissions massives chez ses ingénieurs qui la mettraient hors d’état de coder, que ce soit pour le FBI ou ses propres produits. L’écosystème logiciel d’un smartphone, «assiégé au quotidien» selon les propres mots d’Apple, demande un soin permanent. Même pour la firme la plus prospère de l’histoire, se paralyser ainsi relèverait du suicide.

Le 21 mars, la veille de la très attendue première audience, patatras. Le FBI rétropédale, préférant ouvrir le téléphone dans son coin et clamant n’avoir jamais voulu «dire quoi que ce soit d’infâme sur Apple». Après une semaine et 1,3 millions de dollars payés à un tiers inconnu, l’iPhone est ouvert : il est vide. Taxés de complaire avec la surveillance, les géants de la tech s’engouffrent désormais dans le cryptage, soulevant l’irritation de politiques du monde entier. En France, un amendement du député LR Éric Ciotti manquait, à une voix près, de pouvoir faire interdire les iPhones car trop sécurisés. Le sénat américain envisage des lois similaires.


Si vous souhaitez savoir quels sont les 37 amis dévoués d’Apple parmi les entreprises de la tech, consultez cette magnifique infographie à oreilles de lapin.

Pour un conseiller de Donald Trump, la Turquie complote avec l’uranium amérindien… (Zaman)

Joseph_E._Schmitz 2
Joseph Schmitz

 

Voici la copie de mon article écrit le 21 avril 2016 pour le journal franco-turc Zaman lors de mon passage là-bas. Tous mes 19 articles pour Zaman sont accessibles ici.

L’avocat Joseph Schmitz a récemment été nommé conseiller en politique étrangère de Donald Trump, le candidat controversé des primaires américaines. Cet ex-inspecteur général du Pentagone avait soutenu l’année dernière une théorie du complot impliquant Ankara, de l’uranium, des projets terroristes et des tribus amérindiennes.

Joseph Schmitz, membre du think tank notoirement islamophobe Center for Security Policy, est devenu l’un des conseillers en politique étrangère de Donald Trump, le candidat républicain aux primaires américaines. Schmitz s’était fait connaître l’an dernier par une sortie à dormir debout concernant les Turcs.

La Turquie à l’assaut des terres amérindiennes pour imposer sa vision de l’islam !

Schmitz a servi avec Lawrence Kogan comme co-conseiller dans un procès de 2015 pour le sénateur du Montana Bob Keenan et l’ex-sénateur Verdell Jackson. L’objet était de bloquer la prise en charge du barrage Kerr, dans le nord-ouest américain, par les tribus des Salish confédérés et des Kootenai. L’édifice a été renommé «barrage de Seli’š Ksanka Qlispe’» après son acquisition pour 18,3 millions de dollars par l’entreprise Energy Keepers, de propriété tribale. Les deux avocats ont affirmé que le tranfert du barrage permettrait au gouvernement turc et à des terroristes d’obtenir du matériel nucléaire. Ils ont justifié leurs arguments par des rumeurs autour de la Coalition Turque d’Amérique, un groupe de lobbying à but non lucratif qui œuvrait à établir des liens commerciaux agricoles avec les populations amérindiennes. Leur crainte était que ce ne soit un cheval de Troie d’Ankara pour «promouvoir sa vision de l’islam» sur les réserves amérindiennes. Le but final aurait été d’exploiter les dépôts d’uranium du secteur et de solliciter l’expertise tribale dans la production de yellowcake, une matière hautement radioactive pouvant servir à fabriquer des bombes.

«C’est totalement ridicule»

«Il est possible que le gouvernement turc, des entreprises turques sponsorisées et des groupes terroristes affiliés ou leurs membres cherchent l’accès à une telle expertise pour l’acquisition potentielle et l’utilisation de dispositifs incendiaires pour compromettre le barrage Kerr et/ou d’autres cibles hors-réserve», assure le contenu de la plainte. Des défenseurs des relations turco-américanes ont qualifié les propos des deux avocats de «purement horribles», rappelant l’appartenance de la Turquie à l’Otan et son alliance avec Washington. «Il y a un intérêt à développer le business avec le pays indien», a déclaré Lincoln McCurdy, président de la Coalition Turque d’Amérique. «Mais apporter des valeurs islamiques et des armes nucléaires ? C’est totalement ridicule». Schmitz et Kogan se sont rétractés en octobre dernier, n’ayant pas pu étayer leurs allégations avec des preuves factuelles.

Fier de sa récente victoire dans le stratégique État de New York, Donald Trump est grand favori à l’investiture républicaine. Son parti craint que son populisme et ses provocations répétées ne lui garantissent une défaite face aux démocrates lors des élections présidentielles de l’année prochaine.

Les 37 nouveaux amis d’Apple #AppleVsFBI

Le FBI devrait recevoir le prix Nobel de la Paix pour avoir amené Microsoft (entre autres) à soutenir Apple "de tout son cœur".
Grâce à ses efforts, le FBI a réalisé l’exploit d’unir le monde impitoyable de la Vallée de Silicium, et notamment d’avoir amené Microsoft à soutenir Apple « de tout son cœur ». Pour ce miracle surréaliste, le FBI mériterait le prix Nobel de la Paix.

Cela s’inscrit dans le cadre d’une énorme et rocambolesque histoire de cryptage, de vie privée, de surveillance et de sécurité. Elle a démarré quand le FBI a demandé à Apple de concevoir un système d’exploitation compromis (= avec une backdoor) pour accéder au téléphone de travail du terroriste de San Bernardino. Une telle chose exposerait non seulement tous les iPhones aux hackers, mais serait aussi un précédent permettant aux gouvernements du monde entier de fouiller dans les téléphones de n’importe qui.

Pour résumer la suite, un peu familièrement et en une seule ligne : Apple a dit au FBI d’aller se faire voir.


 

Source : Amicus Briefs in Support of Apple (www.apple.com)

Rendez-vous sur le précédent post à oreilles de lapin pour réaliser à quel point la marque à la pomme est énorme. Cela vous aidera à visualiser à quoi s’attaque le FBI — ou plutôt, s’attaquait, avant que tout ce beau monde (plus les Nations Unies) n’aille exprimer son amour récent pour la firme de Cupertino.

« Combien d’Apple valent les pays du monde ? » (Numérama)

Avez-vous déjà essayé de mesurer le PIB d'un pays avec des pommes ?
Avez-vous déjà essayé de mesurer le PIB d’un pays avec des pommes ?

Ceci est un article paru sur Numérama il y a une semaine (vendredi 26 février 2016) présentant mes cartes, dans lesquelles je compare les PIB des pays du monde aux bénéfices annuels d’Apple. Il y a cinq cartes couvrant l’ensemble du monde. Ci-dessous je rajoute quatre cartes nationales non publiées sur Numérama : les États-Unis, la Chine et l’Inde et la France. À mon sens, elles sont moins impressionnantes que celles affichés sur Numérama.

Vous voyez maintenant la taille de l’entité contre laquelle se bat le FBI pour mettre des backdoors dans ses iPhones ! (#AppleVsFBI)

Note importante : oui, on parle bien des bénéfices. Pas la capitalisation boursière, pas le chiffre d’affaire, mais les bénéfices. Je précise parce que beaucoup de monde a eu du mal à y croire. Parce qu’il y a des pays en Europe dont le PIB vaut un dixième des bénéfices annuels du fabricant de votre téléphone. Vous avez bien lu. Oui oui.

PIB nominal pommes US
La Californie pèse 45 pommes, rien que ça.
PIB nominal pommes Chine
Remarquez la disparité entre le Tibet (plus éventuellement le Qinhai) et le reste du pays.
Remarquez le Karnataka (sud-est). C'est la province de la ville hi-tech de Bangalore. Bangalore, qui ne pèse probablement pas beaucoup face à la firme à la pomme.
Remarquez le Karnataka (sud-est, 2,1 pommes). C’est la province de la ville hi-tech de Bangalore. Bangalore, qui ne pèse probablement pas beaucoup plus que la firme à la pomme.
PIB nominal pommes France
À tous ceux qui vivent dans une région valant moins d’une pomme : ne le prenez pas trop mal.

 

Pourquoi le Qatar cesse-t-il d’être diplomate ?

Khalid bin Mohammad Al Attiyah, the Qatari foreign minister.
Khalid ben Mohammed Al Attiyah, le ministre qatari des affaires étrangères — Creative Commons, Marc Müller

Le Qatar est historiquement placé entre quatre puissances à chacun de ses côtés : le Bahreïn au nord, Oman au sud, l’Arabie saoudite à l’ouest et l’Iran à l’est. Le pays lui-même est trop petit pour se défendre militairement face à ses voisins. De plus, il est assez sensible aux coups d’État, y compris ceux induits par des puissances étrangères. Pour survivre, il doit exceller en diplomatie et se faire bien voir de tout le monde. Il doit également ne pas se polariser en soutenant fortement une partie, car il se ferait alors des ennemis. Les Qataris ont longtemps été très forts en diplomatie, mais maintenant, des éléments intrigants font tache.

Si la diplomatie est vitale pour la survie nationale, alors pourquoi avoir créé et soutenu Al Jazeera ? En tant que groupe de télévision, cette entreprise possède une force médiatique colossale. De plus, elle est très associée au Qatar et vice-versa, de sorte qu’elle influe largement sur l’image du pays. Via ses reportages critiques des pouvoirs, Al Jazeera a toujours porté atteinte aux efforts diplomatiques de Doha. À cause de cela, la terre oubliée de Dieu a enduré des multitudes d’incidents diplomatiques. Les derniers en date impliquent par exemple l’Égypte, où trois journalistes d’Al Jazeera English ont été condamnées à 7 à 10 ans de prison pour terrorisme et soutien aux Frères musulmans. Au printemps, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont rappelés leurs ambassadeurs de Doha et exigé la fermeture d’Al Jazeera et l’arrêt du soutien aux Frères musulmans. En 2004, les États-Unis ont même voulu bombarder leur allié qatari pour se débarrasser de la chaîne d’information. La branche la plus influente du groupe, Al Jazeera English, critique régulièrement les liens de ses chaînes sœurs arabophones avec Doha (je ferai bientôt une vidéo à ce sujet).

Si l’absence de polarisation est vitale pour la sécurité nationale, pourquoi soutenir les Frères musulmans et se faire ainsi des ennemis ? Ce soutien est l’autre raison des tempêtes diplomatiques mentionnées précédemment avec le Caire, Riyad, Abou Dhabi et Manama, quatre gouvernements qui n’aiment pas la confrérie. Récemment, le député koweïtien Nabil Al-Fadl a accusé le Qatar et les Frères musulmans de soutenir l’opposition koweïtienne.

À de son soutien aux Frères musulmans et de la ligne éditoriale d’Al Jazeera, le Qatar s’est mis en porte-à-faux avec l’Arabie saoudite. C’est le seul pays de la région qui a une bonne raison d’envahir la petite péninsule, pour mettre la main sur les gisements de gaz qui sauveraient son économie pétrolière. C’est donc le pays de la région avec lequel il fallait le moins se fâcher.

Source (sur la nécessité historique de la diplomatie qatarie) : « Qatar – a modern history », par Allan Fromhertz.
Plus d’information sur les incidents entre Al Jazeera et les États-Unis : The 9/11 decade — The Image War (3ème partie — l’épisode est dédié aux médias en général et à la propagande dans la guerre contre le terrorisme, mais une partie importante est consacrée au cas précis d’Al Jazeera).

Relations et enjeux en Iraq (et au Levant)

Rivière Zab au Kurdistan iraqien (nord-est)
Rivière du Grand Zab au Kurdistan iraqien (nord-est)

Le Moyen-Orient est très compliqué. Un dicton de l’Internet, joliment rendu en langue persane, dit à ce propos : dust-e dustat dust-e to nist (دوست دوستت دوست تو نيست), l’ami de ton ami n’est pas ton ami. Voici, résumés, les relations et enjeux autour de l’Iraq et un peu du Levant.

Forces en présence :

  • Nouri al-Maliki, premier ministre chiite de l’Iraq
  • ISIS, organisation jihadiste basée en Syrie, notamment dans la région de Raqqa, et qui envahit l’Iraq
  • Bashar al-Assad, président syrien alaouite (chiite)
  • l’Iran chiite. Son président Hassan Rouhani est un modéré mais ne peut vraiment agir qu’à l’international ; au niveau national, c’est principalement le Guide Suprême, l’ayatollah Khâmene’i, qui a le pouvoir
  • le Kurdistan sunnite, partie autonome de l’Iraq, et les Kurdes autonomistes en Turquie, Iran et Syrie
  • les États-Unis
  • l’Arabie saoudite
  • le Qatar
  • Al-Qaéda

Relation ISIS-Assad

Note pour le lecteur : dorénavant, l’État Islamique en Iraq et au Levant (EIIL) ne sera plus désigné dans mes papiers par l’acronyme français EIIL, mais par l’acronyme anglo-arabe ISIS (Islamic State in Iraq and Sham). Ce dernier est plus facile à retenir et à prononcer.

La relation entre ISIS et Bashar al-Assad est très spéciale. On ne peut pas dire qu’ils sont ennemis ni qu’ils sont alliés, au sens conventionnel du terme.

Assad a intérêt à ce qu’ISIS continue à être présent en Syrie, quitte à subir ses attaques, car il représente un rempart au jihadisme aux yeux des Occidentaux. Tant qu’ISIS et les autres jihadistes conservent une présence significative en Syrie, la communauté internationale craindra qu’ils ne prennent le pouvoir si Assad tombe. Dans le doute, elle n’agira pas particulièrement pour hâter la fin du régime.

De son côté, ISIS n’a pas intérêt à ce que la guerre se termine, car le flux de combattants étrangers se tarirait et l’organisation n’aurait plus de sang neuf pour prospérer. De plus, ISIS est une organisation créée pour la guerre, et sans guerre à mener, elle n’a plus raison d’être.

Relation Téhéran-Maliki

Téhéran apprécie Maliki car il est chiite. Les Iraniens aimeraient garder Maliki sur son fauteuil de premier ministre. Mais ce n’est probablement pas l’enjeu le plus important pour eux dans la situation actuelle en Iraq.

Najaf et Karbala sont plus importants

Karbala et Najaf sont deux des villes les plus saintes du chiisme. Karbala est le lieu du martyre d’Hussein, troisième imam et arrière-petit-fils de Mahomet. Ce martyre est célébré tous les ans par la fête de l’Achoura. Najaf renferme le tombeau d’Ali, gendre du Prophète, premier imam et grand-père d’Hussein. Les jihadistes condamnent la vénération de quiconque autre que Dieu et veulent ainsi détruire les deux lieux saints.

Ces lieux sont pour les chiites aussi importants que Saint-Pierre de Rome pour les catholiques ou la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem pour les sunnites.

Faut-il vraiment sauver le soldat Maliki ?

Depuis récemment, les relations entre l’Iran et l’Occident commencent à se détendre. Parallèlement, le pays des mollahs étend son influence sur le Golfe en se rapprochant du Qatar. Dans le Golfe, justement, les révoltes au Bahreïn et dans la Sharqiya (alias Province Orientale) en Arabie saoudite, deux terres chiites dirigées par des sunnites, se font de nouveau sentir. Dans le deuxième pays le plus peuplé au monde, le nouveau premier ministre indien, Narendra Modi, souhaite un rapprochement avec l’Iran.

Si Téhéran perd un dirigeant pro-iranien en Iraq, pays divisé par les tensions religieuses, cela n’aura pas forcément de grosses conséquences sur sa politique extérieure.

Relations Kurdistan-pays environnants

Les Kurdes sont sunnites et ont du pétrole.

  • Ils n’aiment pas Maliki pour des raisons  politiques (séparatisme), économiques (pétrole) et religieuses (il est chiite).
  • Ils détestent ISIS, bien qu’ISIS soit sunnite comme eux.
  • Ils ont des relations compliquées avec les Turcs (sunnites) pour des raisons politiques (séparatisme).
  • Ils aiment bien les Kurdes de Syrie, qui sont dans l’ensemble contre Assad.
  • Ils aiment l’Iran (même si l’Iran est chiite) parce que Téhéran les aime bien historiquement. En plus, les Kurdes sont un peuple apparenté aux Perses.

Relation US-Iraq

Depuis que les Américains exploitent le gaz de schiste et le pétrole bitumineux, ils n’ont plus d’intérêt économique à sauvegarder l’Iraq. De plus, leur précédente intervention dans le pays, en 2003, a été généralement mal perçue. Par contre, Washington pourrait être embarassé par le fait que ce soit l’Iran qui règle le problème jihadiste en Iraq.

Addendum : relation US-Iran

Les États-Unis et l’Iran se réconcilient de plus en plus et pourraient peut-être devenir un jour alliés. Mais leurs relations restent compliquées à l’heure actuelle à cause de leur histoire commune.

Les Américains, pour maintenir leur statut de leader dans la lutte contre le terrorisme, pourraient vouloir couper l’herbe sous le pied de Téhéran. Ils seraient embarassés de voir les Iraniens leur prendre leur statut en expulsant ISIS d’Iraq.

Relation Arabie saoudite-ISIS

Les salafistes ont toujours détesté les jihadistes et vice-versa, malgré que la majorité des jihadistes aient une idéologie salafiste. Le gouvernement saoudien salafiste et les jihadistes sont donc ennemis. Cependant, certains Saoudiens peuvent financer des jihadistes par intérêt personnel.

Relation Qatar-ISIS

Les remarques faites pour l’Arabie saoudite s’appliquent aussi au Qatar, même si la Terre oubliée d’Allah a une plus grande réputation de financement du terrorisme que le royaume wahhabite. La différence est que Doha, malgré sa religion sunnite wahhabite, sympathise avec l’Iran chiite et avec les chiites de la région en général.

Relation ISIS-Al-Qaéda

ISIS était à l’origine une branche d’Al-Qaéda, descendant de la tristement célèbre Al-Qaéda au Pays des Deux Rivières, dont le leader Abou Mus’ab az-Zarqâwi a embarassé Al-Qaéda par sa cruauté. ISIS a aussi fait preuve de cruauté, à tel point qu’il a été expulsé de la nébuleuse. Certains membres de filiales d’Al-Qaéda considèrent les combattants d’ISIS comme des apostats qui ont renié l’Islam par leurs actes, et donc des personnes pouvant être légitimement tuées.

Image d’illustration : par jamesdale10, licence Creative Commons

.

L’histoire d’Abdalilah Shaya

Sanaa, Yemen's capital
Sanaa, la capitale yéménite. La vieille ville est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

English version: the story of Abdalilah Shaya

 .

Abdalilah Shaya est journaliste à Sanaa, la capitale du Yémen. Début janvier 2009, des membres de la branche locale d’Al-Qaeda sont venus le voir, comme ils l’avaient fait avec d’autres reporters auparavant. Les groupes d’Al-Qaeda au Yémen et en Arabie saoudite étaient affaiblis depuis plusieurs années. Leurs haut commandants étaient soit à Guantánamo soit dans les prisons yéménites. Mais depuis, ces leaders s’étaient enfuis ou avaient été libérés. Le Yéménite Nasir al-Wihayshi et le Saoudien Saïd al-Shihri avaient fusionné les mouvements des deux pays en une nouvelle entité : Al-Qaeda dans la Péninsule Arabique, ou AQPA. Ils voulaient donner une interview à la presse pour annoncer l’événement.

.

Avant l’entrevue, Shaya a dû envoyer ses questions à Al-Qaeda. Quand tout fut prêt, on est venu le chercher, on lui a bandé les yeux et on l’a emmené jusqu’à un bâtiment occupé par l’organisation. Il a été accueilli par Shihri. Ce dernier lui a fait mettre une ceinture d’explosifs. Peu après, Shihri a repris la ceinture en lui disant que c’était juste une blague, même si la ceinture, elle, était bien une vraie. Ensuite, Wihayshi est arrivé avec de quoi boire et manger pour mettre le journaliste à l’aise avant le début de l’interview.

L’enregistrement de l’entrevue a été diffusé le lendemain par Al-Qaeda, ainsi qu’une vidéo montrant Wihayshi, Shihri et deux autres commandants d’AQPA, Qasim al-Raymi et Muhammad al-Awfi. Alors que le nouveau président Barack Obama s’apprêtait à fermer Guantánamo, des ex-détenus de la prison américaine étaient libres, et ils promettaient de tuer des Américains.

.

* * *

.

Deux ans plus tard, en janvier 2011, Abdalilah Shaya a été condamné pour terrorisme par le tribunal yéménite à cause de cette interview. Des chefs de tribus ont fait pression sur le président Ali Abdullah Saleh pour que la sanction soit annulée. À la fin du mois, Saleh a déclaré qu’il était prêt à grâcier le journaliste.

.

Quelques jours plus tard, le 2 février, le président Obama a téléphoné à Saleh pour discuter du Printemps arabe. En effet, deux semaines plus tôt, le président tunisien Zine-al-Abidine Ben Ali avait fui la révolte dans son pays pour se réfugier en Arabie saoudite. Des manifestations avaient également éclaté en Égypte la semaine précédente, et les soulèvements se propageaient rapidement à travers le monde arabe. Saleh avait promis des réformes au Yémen pour éviter une éventuelle révolution. Obama a dit au président de s’assurer que les forces de sécurité du pays “s’abstiennent de violence contre les manifestants yéménites, qui exercent leur droit à la liberté d’association et d’expression”. Ensuite, évoquant l’affaire d’Abdalilah Shaya, Barack Obama a “exprimé son inquiétude vis-à-vis de la libération” du journaliste.

.

Le lendemain, Saleh est revenu sur sa décision de grâcier Shaya.

À l’heure actuelle, le journaliste reste en prison.

.

Source: “The Last Refuge – Yemen, Al-Qaeda, and America’s war in Arabia” [le dernier refuge – le Yémen, Al-Qaeda et la guerre de l’Amérique en Arabie], par Gregory D. Johansen

.

Selon l’indice de liberté de la presse de Reporters Sans Frontières, en 2011/2012:

.

Le Yémen était 171è sur 179, avec un score de 101,00 (le plus faible étant le meilleur). Il était (et est encore) un des pire pays du monde pour la liberté de la presse, à l’époque au même niveau que le Soudan et la Birmanie et pire que Cuba. En 2011/2012, il est tombé plus bas qu’il ne l’avait jamais été auparavant, principalement suite aux manifestations contre Ali Abdullah Saleh.

.

Les États-Unis étaient 47è sur 179, avec un score de 14,00. Le classement et le score sont corrects et n’indiquent aucune réelle inquiétude vis-à-vis de la liberté de la presse dans ce pays.

.

Illustration: http://ko.fotopedia.com/items/flickr-350139897  par Eesti — Creative Commons

.

.